Contenu


Telle qu'elle se présente, cette bibliographie ne se veut pas exhaustive. Elle garde de sa première origine (la Bibliographie pratique de spiritualité cistercienne) une orientation privilégiée vers la spiritualité (surtout aux XIIe et XIIIe siècles), et de sa seconde (le Répertoire), une vision plus large ouverte sur tous les titres actuellement disponibles en librairie.

Choix opérés :

D’une manière générale, le choix s’est porté sur des œuvres touchant à la vie ou à la spiritualité cisterciennes, Les auteurs ont été retenus, non pas en fonction de leur appartenance ou non à la tradition cistercienne, mais selon les œuvres qu’ils ont produites et qui doivent être en rapport avec l’objet visé par cette bibliographie. Ce n’est pas une «bibliographie des auteurs cisterciens», mais une «bibliographie de la chose cistercienne». Cela explique pourquoi certaines œuvres d’auteurs cisterciens contemporains ne seront pas mentionnées dans cette bibliographie, ou le seront seulement dans la dernière partie : «06.- AUTEURS CISTERCIENS : études et ouvrages sur des thèmes non cisterciens» ; ce fait ne préjuge aucunement de la valeur de ces œuvres en elles-mêmes. Cette dernière partie sera, plus que les autres encore, incomplète : elle veut seulement indiquer quelques centres d’intérêts des Cisterciens en dehors de leur tradition propre.

Parmi tous les travaux disponibles dans ce domaine,

1) ont été retenus :

- les articles parus depuis les années 1940 environ (naissance des Collectanea en 1934) dans :

. Analecta Sacri Ordinis Cisterciensis (et sa suite Analecta Cisterciensia),

. Cîteaux in de Nederlanden (et sa suite Cîteaux Commentarii Cistercienses),

. Collectanea Ordinis Cisterciensium Reformatorum (et sa suite Collectanea Cisterciensia),

- Les articles en français et en anglais parus, jusqu'en 1987, dans :

. Revue Bénédictine,

. Studia Monastica ;

2) ont été signalés les livres en français et en anglais recensés dans ces diverses revues ;

3) ont été mentionnées :

- les éditions établies depuis la fin du XIXe siècle,

- les traductions en français et en anglais parmi les plus accessibles au cours de cette dernière période (dont le point de départ correspond en gros au début de la parution de la Patrologie de Migne).


(C) 2007 - Tous droits réservés

Imprimer cette page